ARTICLE

Au cœur de l'expérience : ce que les communautés isolées ont appris à Jonas Bendiksen

Members of the Church of the Last Testament stand in white robes in front of snow-covered trees. Photo by Jonas Bendiksen.
Jonas Bendiksen, membre de Magnum Photos, a parcouru le monde et photographié des groupes isolés, notamment les membres de cette communauté autonome dans le sud de la Sibérie. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark III (désormais remplacé par le Canon EOS 5D Mark IV) équipé d'un objectif Canon EF 24-70mm f/2.8L (désormais remplacé par le modèle Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM) à 1/800 s, f/7 et ISO 3200. © Jonas Bendiksen / Magnum Photos

« La photographie m'a toujours permis d'explorer les sujets qui m'intéressaient, » explique Jonas Bendiksen, photographe de Magnum Photos. « Tous mes projets s'inspirent des questions que je me pose sur la société à un moment donné. Et je me retrouve souvent à observer une communauté ou une personne vivant en marge du système. »

Satellites (2006), une œuvre sur laquelle il a passé sept ans, traite des communautés isolées aux confins de l'ex-Union soviétique. Jonas a ensuite réalisé le projet The Places We Live (2008), pour lequel il a passé trois ans à photographier des gens vivant dans des bidonvilles en Inde, au Kenya, en Indonésie et au Venezuela.

Le fait que les deux projets portent sur des marginaux est toutefois presque fortuit. « Je me contente simplement de suivre les choses qui m'intéressent et découvre ensuite le lien qui les unit, » dit-il. « Mais c'est plus une réflexion a posteriori. Il n'y a pas de plan directeur. »

Female members of the Church of the Last Testament stand in coats with fur-lined hoods and shawls on their shoulders.
Jonas a toujours été fasciné par la religion dont il s'est inspiré pour son dernier projet, The Last Testament. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark III équipé d'un objectif Canon EF 50mm f/1.2L USM à 1/160 s, f/2.5 et ISO 4000. © Jonas Bendiksen / Magnum Photos
Canon Professional Services

Possédez-vous un équipement Canon ?

Enregistrez votre équipement pour bénéficier de conseils gratuits d'experts, faire réparer ou entretenir votre matériel, participer à des événements sources d'inspiration et profiter d'offres exclusives grâce au programme CPS (Canon Professional Services).

Pour son récent projet d'envergure, intitulé The Last Testament, Jonas a suivi sept hommes à travers le monde, se présentant tous comme une réincarnation de Jésus Christ. Cela n'est pas simplement lié à sa fascination pour les personnes vivant en marge de la société et dans des enclaves ; il s'inspire également de son intérêt pour la religion qui l'anime depuis toujours.

« Ma famille n'était pas croyante, mais j'ai rapidement réalisé que mes amis d'enfance avaient la foi ainsi qu'une vision du monde et de la vie légèrement différente, » confie-t-il. « J'ai toujours été fasciné par les textes sacrés et religieux, qu'il s'agisse de la Bible, du Coran ou d'autres écrits. Peut-être parce que je n'ai jamais vraiment su ce que l'on ressent lorsque l'on est croyant. La foi a toujours été un mystère pour moi. »

Le projet de Jonas a été financé par la fondation Freedom of Expression, basée à Oslo, ainsi que par la chaîne de télévision et de radio norvégienne NRK. Trouver des fonds pour ces projets est bien souvent compliqué. « J'ai le sentiment d'avoir passé ma vie à chercher des fonds pour financer mes projets de manière indépendante, » explique-t-il. « Ça n'a jamais été simple, et ça ne l'est toujours pas, mais je poursuis mes efforts et je finis par y arriver. »

A temple to Vissarion, leader of the Church of the Last Testament, in south Siberia.
Un temple dédié à Vissarion dans le village des Vissarionites de Petropavlovka. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark III équipé d'un objectif Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM à 1/100 s, f/2.8 et ISO8000. © Jonas Bendiksen / Magnum Photos

Photographier la communauté

L'un des messies modernes que Jonas a photographiés était Vissarion, un ancien agent de la circulation qui, en 1990, a eu la révélation d'être une réincarnation du messie chrétien. Plus de 5000 fidèles le suivent et vivent au sein d'une communauté autonome avec des écoles et des églises, dans une région isolée de la Sibérie du sud.

L'histoire de Vissarion a joué un rôle essentiel dans le cadre du projet Last Testament. « J'ai entendu parler de lui pour la première fois lorsque je travaillais en tant qu'indépendant en Russie dans les années 2000, » se souvient Jonas. « En 2013, j'ai eu le sentiment qu'il fallait que je travaille sur la religion. J'ai donc vérifié s'il existait toujours. Je n'ai eu aucun mal à le retrouver et je me suis alors lancé dans cette aventure. »

Jonas a écrit à l'organisation de Vissarion et lui a demandé s'il pouvait photographier la communauté. L'année suivante, il leur a rendu visite à plusieurs reprises et séjourné avec eux pendant 10 jours à chaque fois. Il lui paraissait important d'approcher Vissarion et ses fidèles en faisant preuve d'ouverture d'esprit et d'objectivité.

Members of the Church of the Last Testament dressed in white robes process across a snow-covered landscape.
Les fidèles de Vissarion bravent les éléments pour participer au pèlerinage de Noël de la communauté, par -30° C. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark III équipé d'un objectif Canon EF 24-70mm f/2.8L USM à 1/500 s, f/5 et ISO 5000. © Jonas Bendiksen / Magnum Photos

Jonas a capturé toutes ses images à la lumière naturelle et choisi d'utiliser le Canon EOS 5D Mark III (remplacé par le Canon EOS 5D Mark IV) en raison de ses performances dans des conditions de faible luminosité. « J'utilise l'ensemble des appareils photo de la série 5D, » confie-t-il. « L'un des principaux avantages de l'appareil est que, grâce à la mise à niveau, je peux désormais photographier dans des conditions de faible luminosité, ce qui était impossible avant. J'apprécie également le fait que les fichiers soient empreints de réalisme et de naturel. »

La robustesse de son boîtier étanche a aussi joué en faveur du Canon EOS 5D Mark III. « Durant l'hiver en Sibérie, les conditions de travail étaient assez difficiles, » se souvient-il. « J'ai pris quelques photos des fêtes de Noël de la communauté qui se déroulent le 14 janvier, date d'anniversaire de Vissarion. C'était un pèlerinage en extérieur et les températures étaient descendues jusqu'à -30° C. Je savais que l'EOS 5D Mark III resterait performant dans de telles conditions. »

Malgré cela, Jonas a dû manipuler l'appareil avec précaution. « Le plus important était de pouvoir rentrer et sortir l'appareil de ma veste lorsque j'en avais besoin, » poursuit-il. « J'ai l'habitude de prendre des photos en mode manuel. J'ai donc dû utiliser toutes les molettes et les boutons en portant d'énormes gants. »

People in the back of a taxi in South Africa. Photo by Ilvy Njiokiktjien from her Born Free project.

Documentaire sur l'Afrique du Sud après l'apartheid

llvy Njiokiktjien, ambassadrice Canon, évoque son projet multimédia pour lequel elle a suivi, pendant dix ans, la génération des Sud-Africains nés après la fin de l'apartheid.

Jonas a emporté plusieurs objectifs afin de pouvoir réaliser des portraits en gros plan de Vissarion et de ses fidèles et photographier des scènes extérieures lointaines. Son équipement se composait de ses objectifs de prédilection : le Canon EF 50mm f/1.2L USM, le Canon EF 35mm f/1.4L USM (remplacé par le Canon EF 35mm f/1.4L II USM) et le Canon EF 85mm f/1.8 USM.

Il a également emporté les objectifs Canon EF 24-70mm f/2.8L USM (remplacé par le Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM) et Canon EF 70-200mm f/4L USM afin de bénéficier d'une flexibilité optimale.

Les restrictions auxquelles Jonas s'est retrouvé confronté au départ, notamment dans le village dans lequel Vissarion réside, ont été assouplies après un certain temps. « Ils m'ont autorisé à travailler sans « chaperon », un témoignage de confiance de leur part », explique-t-il. « J'ai également essayé de respecter leurs souhaits. J'ai donc évité d'errer et de prendre les gens par surprise, et dû travailler de façon subtile, sans les perturber. »

Au final, bien qu'il n'ait pas tout à fait réussi à « se glisser dans sa vie », Jonas est parvenu à créer un portrait fascinant de l'univers de Vissarion, à savoir ses disciples, la communauté élargie ainsi que leurs cérémonies et rituels.

Vissarion, leader of the Church of the Last Testament, stands on a snow-covered hillside, with his followers below.
Vissarion sort pour saluer ses fidèles à la fin du pèlerinage de Noël. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark III équipé d'un objectif Canon EF 70-200mm f/4L USM à 1/1250 s, f/11 et ISO 500. © Jonas Bendiksen / Magnum Photos

Une vie de marginal

En réfléchissant à ses expériences avec l'Église du Dernier Testament, Jonas explique qu'il a été surpris par sa propre réaction face à la communauté.

« Si je n'avais pas eu mes propres attaches chez moi, j'aurais facilement pu les rejoindre et vivre avec eux », avoue-t-il. « Leur mode de vie et leur communauté m'ont ému, et je pourrais, du moins de façon temporaire, comprendre ce que l'on ressent lorsque l'on a cette foi. J'étais arrivé à un stade où je pouvais véritablement la percevoir. J'ai, d'une certaine manière, accompli ma mission.

« La plupart des gens les trouvent étranges et décalés, mais plus j'y réfléchis et plus j'ai du mal à déterminer ce qui fait que leurs croyances et leur messie sont moins plausibles que toutes les autres choses auxquelles les gens croient. »

Jonas explique que le projet l'a également aidé à mieux se connaître. « En vivant comme des marginaux, ces gens font preuve de courage et de force, voire parfois de cran, » estime-t-il. « Je pense être quelque part mal à l'aise de vivre de façon aussi conventionnelle. Il y a quelque chose d'admirable dans le fait de vivre à l'écart, et c'est cela qui me fascine. »

Rédigé par David Clark


Équipement de Jonas Bendiksen

L'appareil utilisé par la plupart des photographes professionnels

A Canon EOS 5D Mark IV camera.

Appareil photo

Canon EOS 5D Mark IV

Conçu pour offrir des résultats exceptionnels dans toutes les situations, l'EOS 5D Mark IV est un appareil photo polyvalent complet d'un très beau design. « Cela me permet de photographier dans des conditions de faible luminosité, ce qui était impossible avant, » explique Jonas.

Objectifs

Canon EF 35mm f/1.4L USM

Un objectif à grand-angle standard prisé par les photographes de reportage pour sa perspective naturelle, ses capacités en basse lumière et ses excellentes performances optiques.

Canon EF 85mm f/1.8 USM

Doté d'une focale courte, d'une large ouverture maximale et d'une vitesse d'autofocus rapide, l'EF 85 mm f/1,8 USM est un téléobjectif idéal pour les photographes spécialisés dans les portraits.

Recevez la newsletter

Cliquez ici pour recevoir des histoires sources d'inspiration et des articles passionnants de Canon Europe Pro

Inscrivez-vous maintenant