Two cross-country skiers travel along the narrow spine of a mountain, using their poles.

Photographier des scènes d'action

« Je suis autant passionné qu'à mes 16 ans. » Richard Walch nous dévoile sa passion pour la photographie des sports d'hiver

Photographe de sports extrêmes, Richard Walch est à l'aise dans toutes les situations : suspendu à un hélicoptère ou dévalant les pistes en zigzag. Il peut ainsi capturer des moments extraordinaires et de pure émotion. Sa passion pour la photographie a commencé alors qu'il faisait du snowboard avec des amis. Elle est aujourd'hui aussi forte qu'à ses 16 ans, quand l'une de ses photos est parue pour la première fois dans un journal.

Il révèle ici son approche créative, les secrets de son meilleur cliché et où il trouve son inspiration.

Vous êtes photographe professionnel depuis vos 16 ans. Comment vous est venue votre passion pour la photographie ?

« Ma passion pour la photographie s'est révélée par hasard. J'ai changé plusieurs fois d'école, jusqu'au jour où l'une d'elles avait une chambre noire professionnelle. J'y ai passé beaucoup de temps. Autant dire que cela a été plus bénéfique pour mes compétences en photographie que pour mes notes. J'utilise désormais un Canon EOS-1D X Mark II, mais j'ai commencé avec un Canon EOS-1N. Par ailleurs, je passais tous mes week-ends à la montagne, à faire du snowboard. À l'origine, je voulais devenir un snowboarder sponsorisé. Mais je n'étais pas assez bon. Je me suis donc dit : « Ok, si je ne suis pas assez bon pour trouver des sponsors, je vais photographier mes amis qui ont du talent. »

Quelle est la chose la plus difficile dans le fait de photographier les sports d'hiver ?

« Tout est une question d'organisation et de préparation. Je n'ai jamais vraiment suivi de formation pour devenir photographe. J'ai simplement commis toutes les erreurs possibles et imaginables, et fait en sorte de ne pas les reproduire. Mon expérience la plus difficile a été lorsque je suis allé à Whistler, au Canada, à la fin de mes études. Pendant une semaine, j'ai utilisé un appareil photo argentique. J'ai fait développer 10 pellicules dans un laboratoire de Vancouver. Lorsque je les ai récupérées, j'ai découvert que toutes mes photos étaient sous-exposées de trois diaphs, car j'avais réglé par erreur l'appareil photo sur -3. Toutes ces superbes images étaient perdues. Comme j'avais utilisé un film analogique, je n'ai rien pu faire. On ne m'y a jamais repris. »

Qu'entendez-vous par « organisation » ?

« Je fais très attention à la manière d'atteindre mon objectif, mais aussi à ma sécurité et à la configuration de mon appareil. Le moindre détail compte lorsque vous travaillez en plein air ou dans les montagnes, ou simplement lorsque vous prenez un selfie. Soyez prudent, faites attention à ce que vous faites, saisissez votre appareil photo et prenez la photo. »

"Je n'ai jamais vraiment suivi de formation pour devenir photographe. J'ai simplement commis toutes les erreurs possibles et imaginables, et fait en sorte de ne pas les reproduire."

Vous devez parfois vous retrouver dans des situations délicates. Pouvez-vous nous en dire plus sur le cliché de sports d'hiver le plus impressionnant que vous ayez pris ?

« Depuis que j'ai commencé à photographier les sports d'hiver et le snowboard, je rêvais d'aller en Alaska. Mais il est impossible de simplement se rendre en Alaska et de voir ce qui se passe. Il est primordial de faire partie d'une équipe soudée. J'y suis donc allé avec les meilleurs skieurs d'Europe, le groupe Legs of Steel. Nous sommes allés en héliski à Haines, l'endroit idéal en Alaska pour faire du hors-piste. La neige colle à ces parois verticales [photo ci-dessous]. Vous pouvez donc dévaler une pente comme nulle part ailleurs dans le monde. La pression est énorme, car les athlètes investissent entre 10 000 et 15 000 € pour réaliser six à dix tentatives. Une fois dans l'hélicoptère à photographier par une porte ouverte, il ne faut rien manquer. Tout s'est bien passé. Tout le monde a fait ses cascades et personne n'a été blessé. »

Articles liés
A snowboarder in red trousers walks through the snow, carrying his board, with his back to the photographer.

EN EXTÉRIEUR

Astuces et conseils pour vos photos de vacances d'hiver

Richard Walch, photographe sportif professionnel, dévoile ses conseils d'expert pour réussir vos photos d'hiver (choix de l'appareil photo, meilleurs réglages, etc.).

Two young men dressed in black leap around on a rooftop between Turkish domes with stone lanterns on top.

ACTION

Comment photographier le parkour : les meilleurs conseils de Samo Vidic

L'ambassadeur Canon explique comment transmettre l'excitation et le spectacle des sports d'action urbains.

Alan Rowan holds a Canon SX740 HS camera, with a lake and hills in the background.

EN EXTÉRIEUR

Comment le Moonwalker de Munro photographie les montagnes ?

Des macros colorées aux sommets embrumés, voici comment Alan Rowan utilise le Canon PowerShot SX740 HS pour réaliser le cliché parfait.

Dwarfed by huge, snow-covered, sheer cliffs near Juneau, Alaska, a member of the Legs of Steel group is barely visible skiing almost vertically downhill as a helicopter hovers above.

Y a-t-il des technologies qui vous intéressent particulièrement aujourd'hui ?

« Lors de la coupe de l'America (voile), le capitaine de l'équipe néo-zélandaise répétait toujours : « Tout ce que ne fait pas avancer le bateau plus vite ne nous intéresse pas. » Si une fonctionnalité n'améliore pas les photos, pourquoi en parler ? Il ne faut se concentrer que sur ce qui rend un produit unique. Cela vous permet-il de réaliser des choses que vous n'auriez jamais pu faire auparavant ? Le Canon EOS M5 et le Canon EOS M50 sont deux appareils photo qui vous permettent vraiment de faire des choses jusqu'à présent irréalisables. Ce sont des appareils photo très petits, avec lesquels vous pouvez être rapide et discret, surtout lorsque vous les associez à un objectif fixe Canon EF-M 32mm f/1.4 STM. C'est la combinaison parfaite. »

Vous utilisez un kit Canon professionnel, mais est-il possible d'obtenir les mêmes effets avec un appareil photo de gamme inférieure ?

« Oui ! Un cliché réussi dépend plus de la technique que de la technologie. Cependant, tous les appareils photo Canon disposent d'un autofocus de qualité, par exemple. En outre, il est fréquent qu'une technologie avancée soit d'abord mise en œuvre sur un appareil photo de milieu de gamme, avant d'être intégrée à un appareil haut de gamme. Par exemple, la fonction Touche and Drag AF, que les gens découvrent avec le système Canon EOS R, était déjà présente sur le Canon EOS M5 et le Canon EOS M50. »

Jusqu'à présent, quel a été le moment clé de votre carrière ?

« Lorsque j'avais 16 ans, ma sœur est partie aux États-Unis dans le cadre d'un programme d'échange. J'ai pu lui rendre visite et faire la connaissance des familles qui l'hébergeaient pendant les vacances d'été. L'une de ces familles comptait parmi ses membres le directeur général du quotidien Dallas Morning News. Pendant tout un été, j'ai donc pu y travailler en tant que photographe stagiaire. J'étais jeune et les photographes se demandaient tous ce que je faisais là. J'avais de l'énergie à revendre, je courrais partout. L'une de nos missions consistait à photographier un grand voilier. J'ai fini par escalader le mât et demander au capitaine que je voulais photographier de me suivre pour pouvoir le photographier de dessus, avec le bateau en arrière-plan.

« Je me suis dépassé pour réaliser cette photo. Le photographe à temps plein qui m'avait accompagné s'était contenté de placer le capitaine derrière la barre. Sa photo était aussi réussie, mais c'est la mienne qui est parue dans le journal, ce qui était énorme pour moi à l'époque. J'ai donc appris très tôt qu'une photo exceptionnelle ne se fait pas toute seule. Il faut saisir sa chance. Je réalise toujours les photos que j'ai en tête. Cela me passionne autant qu'à mes débuts. »

Que faites-vous lorsque vous êtes à court d'idées ?

« Je prends une douche et je trouve une idée [rires]. Vraiment. Mais en général, je suis comme une éponge. J'essaie de m'inspirer de tout ce qui m'entoure. Je trouve l'inspiration partout, au musée, en discutant avec un concepteur ou un voyageur, sur le Web, etc. Je fais attention aux détails et j'assimile toutes les informations qui en ressortent, sans vraiment savoir si je les utiliserai un jour. Si vous vous contentez d'observer des photographes de snowboard, vous finirez par copier leur travail, ce qui n'est pas bon. Toutefois, si je regarde le travail d'un photographe de snowboard ou d'un artiste et que je le transpose, respectivement, à la photographie nautique et à un sport, je peux alors créer mon propre style et apporter une nouvelle dimension à une scène. »

Lisez les meilleurs conseils pratiques de Richard Walch sur la manière de réussir vos photos sur les pistes de ski cette saison.

Écrit par Kathrine Anker

Articles liés



La section Inspirez-vous est votre source principale d'astuces photo, des guides de l'acheteur et des interviews enrichissants : tout ce dont vous avez besoin pour trouver le meilleur appareil photo ou la meilleure imprimante, et pour donner vie à votre prochaine idée créative.

Retour aux Conseils et Techniques

Produits associés