ARTICLE

Acacia Johnson : photographier les pilotes reliant l'Alaska rural

Les avions de brousse font partie intégrante du mode de vie de l'Alaska ; ils apportent de la nourriture, des médicaments et assurent le transport d'urgence dans les zones les plus reculées. Découvrez la lauréate de la bourse Canon de la femme photojournaliste 2021 qui documentera ce service vital.
La photographe Acacia Johnson est assise dans un avion léger au sol ; elle sourit en regardant par la porte ouverte.

Acacia Johnson (en photo) est une photographe, artiste et écrivaine originaire de l'Alaska qui a beaucoup travaillé dans l'Arctique et l'Antarctique. En tant que lauréate de la bourse Canon de la femme photojournaliste 2021, elle retournera dans sa ville natale d'Anchorage pour prendre des photos de pilotes de brousse de l'Alaska sur le terrain : un sujet qui lui tient à cœur. © Acacia Johnson

L'Alaska regorge de glaciers, de montagnes, de forêts sans oublier la toundra arctique. Peu d'endroits sont habitables dans cette région sauvage et seules 20 % des communautés sont accessibles par la route. Un réseau de pilotes d'avions légers, connus sous le nom de pilotes de brousse, a pour mission de voyager sur ce terrain sauvage pour soutenir les communautés éloignées de l'État.

Acacia Johnson, lauréate de la bourse Canon de la femme photojournaliste 2021 a été élevée dans une famille de pilotes de brousse à Anchorage, en Alaska. Il s'agit de la ville comptant la plus grande base d'hydravions privés au monde. Cependant, Acacia a constaté que de nombreuses représentations médiatiques sur les pilotes de l'Alaska ne correspondaient pas à sa propre expérience.

Avec sa bourse de 8000 €, elle passera cet hiver à trouver et à photographier les visages qui défient les stéréotypes associés aux pilotes de brousse en Alaska. Elle va se concentrer sur la création d'un nouveau récit traitant de la diversité et de la sécurité dans l'aviation. « Moins de 6 % des pilotes sont des femmes », dit-elle. « Dans une certaine mesure, je pense que cela est lié aux effets des stéréotypes à long terme ». Il est également important pour Acacia de documenter le rôle vital des pilotes de brousse qui transportent de la nourriture et des médicaments dans les régions les plus reculées de l'État et offrent un transport d'urgence aux habitants.

Acacia a passé la majeure partie de sa vingtaine à travailler comme guide de photographie sur des navires dans l'Arctique et l'Antarctique. « Je pense que le fait d'être loin de chez moi m'a fait réaliser à quel point j'aime être en Alaska et ce que j'aimerais documenter », déclare l'écrivaine, artiste et photographe de 31 ans.
Une photographie aérienne de glaciers bleu clair entourés de glace, avec un avion de brousse volant bas au-dessus d'eux.

Un cinquième de la taille des États-Unis, avec des glaciers de la taille d'un État, seulement 20 % des communautés sont accessibles par la route en Alaska ; le reste est accessible uniquement par bateau ou avion de brousse. Photo prise avec un EOS 5D Mark III (désormais remplacé par le Canon EOS 5D Mark IV) équipé d'un objectif Canon EF 100-400mm f/4.5-5.6L IS II USM à 214 mm, 1/500 s, f/5,6 et ISO 1250. © Acacia Johnson

Un avion de brousse de l'Alaska stationné dans le brouillard, sur le tarmac enneigé.

Acacia décrit un avion de brousse comme « un petit avion équipé pour atterrir sur un terrain accidenté ». Pour de nombreuses communautés éloignées de l'Alaska, ils sont le seul moyen d'accéder à des fournitures et à des ressources vitales. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark IV équipé d'un objectif Canon EF 50mm f/1.4 USM à 1/1000 s, f/4 et ISO 400. © Acacia Johnson

Des attitudes qui durent

Les légendes romancées sur les pilotes de brousse proviennent en grande partie de ce qui est considéré comme l'âge d'or de l'aviation de brousse, des années 20 aux années 50. « Au début, il y avait ces hommes casse-cou qui prenaient des risques fous avec les avions et la météo ; survivant à de multiples accidents ou se retrouvant seuls pendant des semaines dans la nature », explique Acacia. « Ils étaient un peu considérés comme des cow-boys, et ce sentiment existe encore en partie aujourd'hui ».

Malgré les progrès de la technologie en matière de sécurité, les accidents d'avion sont toujours plus fréquents en Alaska que partout ailleurs aux États-Unis. Selon Acacia, ce fait est en partie attribuable à cette idéalisation des « dangereuses escapades masculines ».

« Mon objectif est d'honorer et de préserver l'histoire colorée de l'aviation de brousse en Alaska, tout en me concentrant sur l'aviation en tant que service essentiel », ajoute-t-elle. « C'est un sujet qu'il est incroyablement facile d'embellir, cela fera donc partie du défi ». Mais c'est aussi la raison pour laquelle elle s'y intéresse. « Je veux me confronter à cette image romancée et comprendre ce qui est vraiment important. Quelles sont les histoires qui ne sont pas entendues ? »
Acacia recherche les pilotes de brousse d'aujourd'hui - non pas à cause de leurs attitudes fantasques, mais en raison de leur affinité avec l'environnement et parce que grâce à eux, la vie est possible dans des endroits reculés. « Les gens que je veux vraiment trouver sont ceux qui volent là où personne d'autre ne vole. C'est vraiment toute leur vie, leur passion et leur savoir-faire ».

Le projet commencera à Anchorage en utilisant les connexions existantes d'Acacia dans la communauté des pilotes, avant de se déplacer vers les communautés où elle espère trouver des pilotes spécialisés par emplacement, y compris le vol au-dessus des glaciers. Elle prévoit également de visiter un centre de transport principal pour les villages indigènes de l'Alaska.

« En me basant dans une communauté à la fois, je pourrai rencontrer des pilotes qui ont voyagé dans de nombreuses régions éloignées pour fournir des services essentiels qui permettent aux gens de continuer à vivre dans ces endroits », explique-t-elle.
Un technicien portant des gants blancs nettoie le capteur d'un appareil photo Canon.

Possédez-vous un équipement Canon ?

Enregistrez votre équipement pour bénéficier de conseils gratuits d'experts, faire réparer ou entretenir votre matériel, participer à des événements sources d'inspiration et profiter d'offres exclusives grâce au programme CPS (Canon Professional Services).
Une photographie aérienne d'un avion de brousse : il semble petit, sur les étendues vertes et brunes de l'Alaska.

Un avion de brousse dans les vasières, le long de la côte du golfe de Cook, en Alaska. En plus des pilotes et de leurs histoires, Acacia documentera également le « service essentiel » assuré par l'aviation de brousse en Alaska : un projet d'envergure. « Je ne pense pas que j'aurais pu le mener à bien sans cette bourse », ajoute-t-elle. « Je suis ravie ! » Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark IV équipé d'un objectif Canon EF 24-105mm f/4L IS USM (désormais remplacé par le modèle Canon EF 24-105mm f/4L IS II USM) à 50 mm, 1/1000 s, f/4 et ISO 800. © Acacia Johnson

La bourse Canon de la femme photojournaliste

Cette bourse est arrivée juste au bon moment pour Acacia. Elle lui a permis de raconter les nombreuses histoires qui auraient autrement pu être perdues. « De nombreux pilotes qui ont vécu ces histoires incroyables sont très âgés - nous sommes à la fin d'une époque », explique-t-elle. « Je ne pense pas que j'aurais pu poursuivre un projet de cette envergure sans financement ».

Et elle veut être la seule à raconter cette histoire. « Je regarde toujours avec enthousiasme les projets que je vois d'autres photographes dans leurs communautés d'origine. Je pense que cela ouvre la voie à d'autres opportunités et pour un type de narration différent, car vous n'y allez pas en tant qu'étranger ».

C'est aussi une façon de travailler de plus en plus recherchée. « J'ai parlé à un certain nombre d'éditeurs de publications influentes lors d'un examen de portfolio plus tôt cette année, et je leur ai demandé ce qui les passionnait. Nombre d'entre eux m'ont répondu qu'ils étaient passionnés par les histoires locales, plus petites, proches des communautés des photographes ».
Acacia affirme que les bourses jouent un rôle extrêmement important pour les photographes. « Le soutien pour les projets les plus lents et les plus poétiques peut être difficile à trouver. Les bourses vous permettent de trouver votre voix sans subir les pressions éditoriales ». Et en tant qu'écrivaine, elle apprécie le processus relatif à la demande de bourse, qui fait partie de l'élaboration de ses idées. « Souvent, j'ai cette idée de ce qu'est un projet, puis je vais le mettre sur papier, mais il ne ressemble pas à grand-chose ». En revanche, le fait de devoir respecter un délai l'aide à clarifier son projet, et à chaque demande de bourse, elle l'affine et le développe davantage.

« J'ai une recette », confie-t-elle. « Une demande de bourse adéquate doit être très claire sur sa finalité, sur son importance, vous devez expliquer comment vous pouvez effectuer le travail dans le délai imparti… et il vous faut également expliquer les raisons pour lesquelles ils doivent vous choisir 'vous'. Ce dernier point est crucial. Il doit y avoir une raison pour laquelle vous êtes le bon photographe pour ce projet ou pourquoi ce projet est fait pour vous ».
Les membres de l'Église du Dernier Testament portent des robes blanches devant des arbres enneigés.

Expérience au sein d'une communauté isolée en Sibérie

Jonas Bendiksen, photographe de l'agence Magnum, évoque les défis et les avantages liés à la photographie d'un groupe religieux isolé.
Un avion de brousse de l'Alaska sur un tarmac enneigé, avec un écran couvert de givre et des bâches de protections rouges sur son moteur et ses ailes.

Lors de la prise de vue du projet d'Acacia en Alaska en hiver, les températures peuvent descendre jusqu'à -34 °C. « La lumière de l'hiver arctique est tout simplement magique et incomparable », ajoute-t-elle. « Le voyage en vaut la peine et les conditions glaciales sont un moindre mal ». Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark IV équipé d'un objectif Canon EF 50mm f/1.4 USM à 1/1000 s, f/4 et ISO 400. © Acacia Johnson

La photographe Acacia Johnson, vêtue d'un jean et d'un pull jaune épais, est assise sur la grande roue d'un avion de brousse de l'Alaska.

Dans des conditions aussi froides que celles de l'Alaska en hiver, un équipement photographique robuste et fiable est absolument essentiel. En plus de son appareil photo argentique grand format, Acacia travaillera avec son Canon EOS 5D Mark IV équipé des objectifs Canon EF 100-400mm f/4.5-5.6L IS II USM, Canon EF 50mm f/1.4 USM et Canon EF 24-105mm f.4 L IS USM. © Acacia Johnson

Des avions d'époque

Le projet consistera en une série de portraits grand format de pilotes et d'avions. Les avions de brousse sont souvent des avions monomoteurs équipés pour atterrir sur du gravier, de l'eau, du sable ou de la neige ; là où il n'y a souvent pas de pistes d'atterrissage préparées. « Les avions de prédilection d'aujourd'hui sont encore ceux construits entre les années 40 et 60 », explique Acacia. « Selon ma tante, lorsque vous êtes à bord de ce type d'avion, vous avez la sensation de voler dans une boîte en carton : ils sont très fragiles, certains d'entre eux ne sont que de la toile tendue sur un cadre très léger. Ils sont superbes, mais quelque peu fragiles ».

Les portraits seront placés contre le paysage dramatique, avec l'océan d'hiver, la vaste toundra et la montagne Denali au loin. « Découvrir le paysage de l'Alaska vu du ciel est à couper le souffle », ajoute Acacia, qui, en plus d'un appareil photo argentique grand format, utilisera son précieux Canon EOS 5D Mark IV pour la prise de vue de ce projet.

Acacia prévoit de rencontrer un bon nombre des membres de sa famille, ainsi que des personnes qui se souviennent de son grand-père durant son voyage de communauté en communauté autour de l'Alaska avec un appareil photo à la main. Elle explique l'importance qu'a cet homme à ses yeux : « En plus d'être un pilote de brousse, qui a lui-même survécu à de multiples accidents, c'était un artiste. Il m'a toujours poussée non pas vers l'excellence technique, mais vers la poursuite de ma vision créative. C'est sympa d'avoir un projet photo en rapport avec cela ».

Ce projet est plus personnel pour Acacia, par rapport à ses autres travaux. Il s'agit d'une contribution durable à sa communauté d'origine et « il ne s'agit peut-être que du premier chapitre ».

Rédigé par Emma-Lily Pendleton


Équipement d'Acacia Johnson

Kit utilisé par la plupart des photographes professionnels

Une Acacia Johnson souriante avec un appareil photo Canon à la main.

Appareil photo

Canon EOS 5D Mark IV

Conçu pour offrir des résultats exceptionnels dans toutes les situations, l'EOS 5D Mark IV est un appareil photo polyvalent complet d'un très beau design. « Le Mark IV est mon outil de prédilection », explique Acacia. « Il ne recule devant rien. Je ne le ménage pas lors des expéditions et il ne me fait jamais défaut ».

Objectifs

Canon EF 24-105mm f/4 L IS II USM

Cette version mise à jour du modèle EF 24-105 mm f/4 L IS USM qu'utilise Acacia offre une qualité d'image époustouflante avec une stabilisation d'image avancée. « C'est mon objectif de tous les jours, celui que j'utilise le plus », ajoute-t-elle. « Si je ne sais pas à quoi m'attendre dans une situation que je suis sur le point de photographier, je vais généralement commencer par utiliser celui-ci. Il est polyvalent ».

Canon EF 50mm f/1.4 USM

Avec sa grande ouverture maximale et son système de mise au point rapide, l'objectif EF 50mm f/1.4 USM standard et compact assure de superbes performance, quel que soit le motif ou le sujet photographié. « Je l'utilise souvent en hiver, pour prendre des photos en basse lumière », explique Acacia. « Avec l'ouverture la plus large, je peux même l'utiliser pour photographier dans l'obscurité. Dans ce cas, j'utiliserai l'écran en direct situé à l'arrière de l'appareil photo pour m'aider à faire la mise au point manuellement ».

Canon EF 100-400mm f/4.5-5.6L IS II USM

Zoom optique 100-400 mm compact et hautes performances, idéal pour photographier les événements sportifs, les scènes d'action et la faune. « J'utilise souvent cet objectif pour les travaux aériens, surtout lorsque je veux zoomer sur les motifs naturels du paysage qui ne peuvent être vus que d'en haut », précise Acacia.

Articles liés

  • Anush Babajanyan et Laura Morton, lauréates de la bourse Canon de la femme photojournaliste, lors du festival Visa pour l'Image 2019 à Perpignan.

    ARTICLE

    La bourse Canon de la femme photojournaliste : un prix qui change la vie

    Six photographes documentaires expliquent comment la bourse Canon de la femme photojournaliste a bouleversé leur carrière.

  • Image

    ARTICLE

    Young Photographer : des paysages chargés d'histoire

    La jeune photographe Michaela Nagyidaiová plonge au cœur de la photographie de paysage aux côtés de Toby Smith, son mentor professionnel, pour raconter un récit environnemental.

  • ARTICLE

    Quel avenir pour le photojournalisme à l'ère du numérique ?

    De célèbres photojournalistes discutent de l'avenir du secteur, et vous pourriez être surpris...

  • ARTICLE

    Photographie aérienne : suivre les motifs

    La photographe aérienne Lucia Griggi capture le côté abstrait des merveilles naturelles de la Terre en photographiant les glaciers, les lacs et les rivières en tresses depuis le ciel.

  • Recevez la newsletter

    Cliquez ici pour recevoir des histoires sources d'inspiration et des articles passionnants de Canon Europe Pro