SPORT ET ACTION

Réaliser des vidéos immersives en 3D avec le double objectif fisheye révolutionnaire de Canon

Découvrez comment le photographe et cinéaste de plein air Martin Bissig a associé son EOS R5 à l'objectif révolutionnaire RF 5.2mm F2.8L DUAL FISHEYE de Canon pour réaliser des séquences d'action immersives en réalité virtuelle.
Un homme sur un vélo avec des montagnes escarpées enneigées en arrière-plan. Il porte un casque avec un appareil photo fixé à l'avant de ce dernier.

« Équiper le Canon EOS R5 de l'objectif RF 5.2mm F2.8L DUAL FISHEYE est judicieux pour ceux qui souhaitent se lancer dans la réalisation de clichés en réalité virtuelle 3D. De plus, les personnes inexpérimentées en réalité virtuelle comme moi apprécieront la simplicité de cette configuration », déclare le photographe et cinéaste de plein air Martin Bissig. « Je possède déjà l'appareil photo et l'objectif ne coûte pas une fortune. La réalité virtuelle m'a permis de développer mon activité et j'y vois un énorme potentiel. » Regardez le rendu de la bande démo en réalité virtuelle à 180° de Martin sur YouTube et testez le mouvement panoramique dans toutes les directions !

Le cadre et l'activité physique sont sur un pied d'égalité en termes d'importance pour les destinations sportives avec des activités comme le ski, le ski de randonnée ou le parapente, mais une vidéo aura tendance à ne rendre justice qu'à un seul de ces éléments à la fois. Et si vous pouviez vivre l'action en réalité virtuelle 3D immersive, avec la liberté de profiter d'une vue à 180° ?

Passionné de VTT et ambassadeur Canon, Martin Bissig a bâti sa carrière de photographe de plein air dans la région montagneuse de Davos en Suisse à deux pas de chez lui. Ses images surprenantes de terrains de vélo extrêmes et de coureurs intrépides tels que le cycliste de trial Danny MacAskill ont été publiées dans plus de 20 pays, pour des clients tels que National Geographic et Red Bull. Que ce soit dans ses montagnes en Suisse, plus loin au sommet des falaises croates ou dans les déserts de sable sculptés par le vent d'Oman, Martin est célèbre pour les paysages à couper le souffle de ses photos. Les activités de sports extrêmes et le cadre environnant sont des éléments essentiels pour recréer l'histoire de ses clients passionnés d'aventure, et le défi pour Martin est de donner vie à ces deux éléments.

« Quand je sors pour des prises de vue dans la nature, il est difficile de recréer cette atmosphère avec des photos et des vidéos, car le rendu 3D et cette sensation d'être entouré par le paysage nous manquent », souligne-t-il. Cela est désormais possible grâce à l'objectif révolutionnaire Canon RF 5.2mm F2.8L DUAL FISHEYE conçu pour la prise de vue stéréoscopique en réalité virtuelle à 180°.

« En tant que professionnel, je suis toujours aventureux et curieux d'essayer de nouvelles technologies, techniques et équipement », indique Martin. « Je ne connais aucun autre objectif comme celui-ci, et le système EOS VR de Canon m'offre tout ce dont j'ai besoin pour une prise de vue en réalité virtuelle. Grâce à l'EOS R5 et à l'application EOS VR Utility de Canon, ce système me permet de développer mon activité de photographe et cinéaste. »

Pour sa première production avec le double objectif fisheye, associé à l'EOS R5 qu'il utilise régulièrement, Martin a réalisé une vidéo stéréoscopique immersive en 3D à 180° pour l'office du tourisme de Davos afin de présenter certaines des activités hivernales possibles au milieu de superbes montagnes enneigées, notamment le vélo, la raquette, le ski de randonnée, le ski, le parapente et la luge.

Deux images fisheye aériennes côte à côte d'un paysage de montagne enneigé, avec les pieds du parapentiste visibles au premier plan et la canopée au-dessus.

Filmer avec l'objectif RF 5.2mm F2.8L DUAL FISHEYE sur un appareil photo compatible tel que l'EOS R5 permet d'enregistrer deux vues parfaitement alignées de l'œil gauche et de l'œil droit côte à côte sur le capteur de l'appareil photo. Cela simplifie radicalement le processus de capture de séquences stéréoscopiques en réalité virtuelle 3D, car il n'est pas nécessaire d'aligner ni de synchroniser minutieusement des appareils photo distincts, de faire correspondre la réponse couleur ni les caractéristiques d'exposition, ou d'assembler des images distinctes.

Puissance et portabilité

L'EOS R5 associé à l'objectif RF 5.2mm F2.8L DUAL FISHEYE permet de réaliser des vidéos en réalité virtuelle 3D haute résolution avec une plage dynamique et une reproduction des couleurs excellentes grâce au capteur plein format 8K de l'EOS R5. Ce type de qualité vidéo n'était auparavant possible qu'en utilisant des rigs encombrants et peu maniables avec plusieurs appareils. Ces systèmes étaient de plus chronophages en termes de configuration et tout simplement inenvisageables pour une prise de vue de scènes d'action, dans un délai imparti et sur un terrain physiquement exigeant.

« Je prends 75 % de photos pour 25 % de vidéos, et après avoir utilisé l'EOS R5 pendant deux ans, il reste le meilleur appareil photo que j'aie jamais utilisé dans le cadre de mon travail, en termes de qualité d'image, de vitesse, de taille et de poids », dit Martin. « Pouvoir fixer l'objectif VR pour transformer mon appareil photo hybride de prédilection en appareil photo VR, est fabuleux !

« J'ai été surpris quand j'ai vu à quel point l'objectif était petit et compact, ce qui me permet de transporter facilement le kit et de le mettre sur un cardan », ajoute-t-il.

Martin a constaté qu'en plus d'être légers et portables, l'appareil photo et l'objectif fonctionnaient parfaitement dans le froid et à haute altitude et ne nécessitaient pas de housse ni d'étui de protection. Cela lui a permis d'expérimenter différentes techniques de prise de vue, notamment à main levée, ou avec l'appareil photo posé sur un cardan ou fixé sur un casque. « Je n'ai jamais utilisé de trépied », précise-t-il, « car je n'aime pas me déplacer avec le sujet et laisser le spectateur explorer le paysage. »

Généralement, Martin participe également activement à la prise de vue. Par exemple, si son sujet monte sur un vélo, il en fait de même. « Je souhaite que le spectateur sente qu'il est dans la scène et sur le vélo. Quelle meilleure façon de le faire que de lui montrer ce que j'ai vu de mes propres yeux, en tenant le guidon et en pédalant dans la neige ? Cela n'aurait pas fonctionné avec un cardan, c'est pourquoi j'ai monté le kit sur un casque conçu à cet effet. »

Pour les activités où il était à pied, comme le ski de randonnée, un cardan lui a permis d'assurer un mouvement fluide. Pour les vidéos de parapente, Martin n'a pu filmer qu'à main levée pour des raisons de sécurité. « Vous pouvez réaliser des vidéos de sport avec cette configuration, ce qui n'est tout simplement pas possible avec des rigs plus grands », précise-t-il. « Vous ne pouvez pas obtenir une configuration plus compacte et plus légère que la configuration [professionnelle] que j'ai utilisée. »

Un technicien portant des gants blancs nettoie le capteur d'un appareil Canon.

Possédez-vous un équipement Canon ?

Enregistrez votre équipement pour bénéficier de conseils gratuits d'experts, faire réparer ou entretenir votre matériel, participer à des évènements sources d'inspiration et profiter d'offres exclusives grâce au programme CPS (Canon Professional Services).
Deux personnes en VTT roulent dans la neige. La personne en arrière-plan porte un casque avec un appareil photo monté sur le devant.

Après plusieurs essais et erreurs, Martin a découvert à quelle distance il devait se tenir de son sujet et comment limiter les mouvements de l'appareil photo afin de réaliser une vidéo qui ne donne pas la nausée aux spectateurs. En s'en tenant aux principes simples qu'il a développés, il a constaté que d'associer l'EOS R5 à l'objectif RF 5.2mm F2.8L DUAL FISHEYE simplifiait la capture en réalité virtuelle 3D à 180° plus que jamais.

Un homme debout sur un fond neigeux et un ciel blanc. Il porte un casque avec un appareil photo fixé à l'avant et un contrepoids à l'arrière.

« Quand j'ai su que j'allais réaliser une prise de vue en réalité virtuelle, j'ai voulu donner au spectateur la sensation d'être lui-même sur le vélo. Je savais que je devais monter l'appareil photo et l'objectif à la hauteur de mes yeux, et c'est la raison pour laquelle j'ai importé un casque conçu à cet effet afin de pouvoir capturer ce cliché de vélo », souligne Martin. « Le contrepoids à l'arrière permet d'équilibrer l'appareil photo et l'objectif. La configuration n'a été possible qu'avec cet appareil photo et cet objectif. Elle n'aurait même pas été possible avec l'EOS R5 C, un modèle légèrement plus grand. »

Maîtriser le mouvement en réalité virtuelle 3D

« Voici ce que j'apprécie le plus dans le concept de réalité virtuelle pour le sport : lorsque vous vous déplacez dans un environnement vraiment spécial où se déroule l'action, le spectateur a la liberté de profiter d'une vue à 180° », déclare Martin. « L'athlète ou le sport n'est pas le centre d'attention, mais l'ensemble de la scène l'est. »

Il a fallu à Martin quelques essais et erreurs avant de trouver le juste équilibre entre le sujet et le paysage. « Pour l'effet 3D, j'ai trouvé que cela fonctionnait mieux avec le sujet en mouvement à environ deux mètres de distance, avec une vue attrayante en arrière-plan pour montrer la beauté de la nature. »

Travailler si près de sujets mobiles alors qu'il était également en mouvement nécessitait une communication constante et quelques essais avec le mouvement de l'appareil photo. Martin a constaté que limiter la vitesse de son sujet et le degré de mouvement de l'appareil photo lui permettait de réaliser des vidéos immersives en réalité virtuelle 3D très différentes de celles qui donnent la nausée lorsque vous les regardez. Dans ce cas, c'est l'appareil photo qui se déplace, tandis que les spectateurs qui portent un casque sont eux immobiles.

Grâce aux mouvements limités, certaines activités, comme le ski, sont beaucoup plus difficiles à capturer, et d'autres telles que la raquette et le VTT beaucoup plus faciles. « J'ai trouvé que cela fonctionnait mieux si je suivais le sujet en douceur, en avançant normalement avec lui comme si vous marchiez naturellement. Si vous reculez avec le sujet venant vers vous, cela ne semble pas naturel pour le spectateur. »

Martin a également dû résister à l'envie de faire un panoramique autour de la scène. Avec un champ visuel effectif d'environ 180°, l'appareil photo prend tout sans cela. « Même si vous êtes caméraman », ajoute Martin, « vous devez résister à l'envie de vous déplacer avec l'appareil photo pour regarder le paysage. Ce serait une erreur. Vous vous devez de garder l'appareil photo aussi stable que possible et laisser le spectateur décider ce qu'il veut regarder dans le cadre. Si l'appareil se déplace, la séquence se déplace également sans que le spectateur tourne la tête, il est donc difficile pour lui de suivre les mouvements. »

A Canon EOS R5 camera with a Canon RF 5.2mm F2.8L DUAL FISHEYE lens positioned on a mossy surface next to fallen autumn leaves.

Nouveaux horizons : découvrez un objectif de réalité virtuelle révolutionnaire

Avec l'objectif Canon RF 5.2mm F2.8L DUAL FISHEYE, il n'a jamais été aussi facile de créer du contenu en réalité virtuelle à 180° en trois dimensions immersif et de haute qualité.
Un homme tend un cardan sur lequel est monté un appareil photo pour filmer une femme tenant des bâtons de ski, sur un fond montagneux enneigé.

Le champ visuel capturé de l'objectif Canon RF 5.2mm F2.8L DUAL FISHEYE est d'environ 190° (avec une sortie finale traitée de 180°). Aussi, pour les vidéos d'action à main levée avec l'appareil photo monté sur un cardan, ce dernier doit être tenu à l'écart du corps avec la poignée derrière l'appareil photo pour s'assurer que le cardan lui-même n'apparaisse pas dans la prise de vue.

Un homme avec un casque en tenue de plein air porte un sac pour appareil photo attaché sur son buste. Dans sa main, un appareil photo doté d'un double objectif fisheye.

Pour réaliser des vidéos dans des conditions lumineuses comme les montagnes enneigées, il est possible de faire glisser un filtre ND directement dans le porte-filtre gélatine arrière intégré de l'objectif RF 5.2mm F2.8L DUAL FISHEYE afin de contrôler l'exposition.

Technologie adaptée pour les casques

Martin réalise généralement des vidéos 4K standard, mais la réalité virtuelle 3D avec le double objectif fisheye nécessite la résolution maximale de 8K de l'appareil photo pour produire un fichier en réalité virtuelle 3D haute résolution avec une taille de sortie finale de 4K par œil. En effet, les entrées des deux objectifs, qui reproduisent les vues de l'œil gauche et de l'œil droit, sont enregistrées simultanément sur le capteur de l'EOS R5, côte à côte.

Les images fisheye circulaires gauche et droite doivent être permutées et converties en deux images 4K plates et carrées côte à côte (également appelées projection équirectangulaire, utilisée pour la sortie VR) à l'aide du logiciel Canon EOS VR Utility. Le fichier VR exporté peut ensuite être modifié à l'aide de n'importe quelle application de montage vidéo appropriée. Vous pouvez également utiliser le plug-in EOS VR pour Adobe Premiere Pro* de Canon afin de simplifier l'ensemble de ce processus en une seule étape, en convertissant automatiquement l'image double fisheye d'origine et en l'important directement dans la fenêtre d'Adobe Premiere Pro simultanément. Une fois la conversion effectuée, vous pouvez procéder au montage vidéo standard. « Je réalise des vidéos avec l'EOS R5 dans Canon Log 3 avec l'espace colorimétrique BT2020, et j'utilise également le profil de tables de correspondance de Canon pour la conversion en séquences Rec 709 », précise Martin. « L'étalonnage des couleurs sur une séquence prise avec votre appareil photo, et celle effectuée sur une séquence en réalité virtuelle est quasi identique. Aucune connaissance supplémentaire n'est nécessaire - ce n'est pas plus compliqué. »

Avant le montage final, Martin a téléchargé certaines des vidéos de la journée sur son casque pour évaluer quelles séquences fonctionnaient le mieux en réalité virtuelle 3D. Il a constaté que le kit fonctionnait particulièrement bien dans les scènes de parapente fluides qu'il avait réalisées, où le spectateur pouvait regarder tout autour de l'équipement et descendre à travers ses jambes jusqu'au paysage lointain et au-delà pour une véritable expérience immersive FPV (first person view). Capturer les mouvements rapides était plus difficile. Dans une séquence où le skieur passait devant l'appareil photo, la cadence de 25 im./s (PAL) en 8K de l'EOS R5 avait du mal à créer un mouvement fluide du sujet. L'objectif RF 5.2mm F2.8L DUAL FISHEYE peut être utilisé avec l'EOS R5 C, qui permet d'enregistrer des séquences 8K à 30 im/s ou à 60 im./s (en utilisant le format RAW LT avec une alimentation externe et un flux de travail RAW différent/une application de conversion VR tierce), mais dans ce cas la configuration serait devenue plus encombrante et moins mobile, ce qui n'était pas envisageable pour Martin, qui a besoin d'un appareil et d'un objectif de qualité et portables, car sans eux, il n'aurait jamais pu réaliser de vidéos de sport immersives.

Un homme et une femme debout sur des VTT dans la neige avec des montagnes en arrière-plan ; tous deux regardent l'appareil photo. Elle porte un casque avec des lunettes de neige baissées, et il porte un casque avec un appareil photo fixé à l'avant de ce dernier.

Dans le passé, la capture en réalité virtuelle stéréoscopique professionnelle à 180° aurait nécessité des rigs peu maniables avec plusieurs appareils photo. Grâce à la conception compacte à monture unique de l'objectif RF 5.2mm F2.8L DUAL FISHEYE, associée à un appareil photo plein format haute résolution compatible tel que l'EOS R5, Martin a été en mesure de créer des expériences d'action en réalité virtuelle plus immersives que jamais.

Deux images fisheye côte à côte d'une personne dévalant une pente assise dans une luge, avec des montagnes enneigées au loin. Le guidon et les pieds du cinéaste sont visibles au premier plan.

L'objectif RF 5.2mm F2.8L DUAL FISHEYE est résistant à la poussière et aux éclaboussures. Le traitement fluorine permet de repousser l'eau et la saleté sur la surface de l'objectif, il est donc adapté pour les scènes d'action. Associé à l'EOS R5, l'objectif permet de capturer deux images fisheye décalées, parfaitement synchronisées et enregistrées côte à côte, sans aucun assemblage supplémentaire.

« Pour sa taille, la qualité d'image de l'objectif avec un EOS R5 est incroyable », s'enthousiasme-t-il. « En regardant les séquences, j'ai été très satisfait par la qualité des détails et ne pouvais espérer mieux, cela est certainement dû au matériel actuel et à la qualité des lunettes de réalité virtuelle.

« Les prises de vue étaient réalisées en extérieur dans un environnement ensoleillé avec une ouverture d'environ f/13, j'avais donc une profondeur de champ allant de mes pieds à l'infini, et tous les détails étaient clairs et nets. Toutefois, bien que la qualité des détails soit importante, vous êtes tellement attiré par le monde en trois dimensions que vous regardez autour de vous pour découvrir toute la scène plutôt que de regarder à quel point les détails sont nets. Cela est tellement réaliste, et vous êtes transporté dans cette scène. »

Martin a compilé deux ou trois clips de chaque activité dans une vidéo finale ne dépassant pas deux minutes pour un visionnage agréable. « J'ai maintenant une bande démo que je peux partager avec des clients potentiels pour qu'ils puissent la visionner sur un casque. « Cette technologie vous permet vraiment de découvrir une région ou une activité, et son avenir est très prometteur. »

« Je dirais que nous en sommes aux premiers jours de l'adoption de la réalité virtuelle, et je pense que cette technologie a un potentiel énorme pour le secteur touristique comme pour celui des activités de plein air et sportives. »

*Adobe et Adobe Premiere sont des marques déposées ou des marques commerciales d'Adobe aux États-Unis et/ou dans d'autres pays.

Tim Coleman

Articles liés

  • Un skieur vêtu de turquoise au bord d'une pente raide, avec des montagnes couvertes de neige en arrière-plan.

    Article

    Comment se lancer dans la photographie sportive : quelques conseils de pro

    Du meilleur équipement aux ingrédients d'un cliché réussi, trois professionnels partagent 15 conseils pour transformer un passe-temps en carrière dans la photographie sportive.

  • Gros plan sur une personne réglant un objectif Canon RF 5.2mm F2.8L Dual Fisheye sur un appareil photo Canon EOS R5, dans une forêt.

    ARTICLE

    Cinq principales tendances de la diffusion

    Des solutions de production à distance révolutionnaires aux technologies immersives innovantes, de nombreuses tendances secouent le secteur de la diffusion.

  • Un homme portant un bonnet et tenant une Canon EOS R5 C contemple une baie alors que le soleil apparaît à travers les nuages.

    ARTICLE

    Réaliser un film de voyage cinématographique avec l'EOS R5 C

    Découvrez comment le réalisateur Kevin Clerc a capturé cette vue unique de Madère à l'aide de la caméra hybride aux fonctionnalités complètes de Canon.

  • Deux escrimeurs s'affrontent dans une salle éclairée au néon. L'un porte un masque noir, l'autre un masque argenté.

    RÉALISATION DE VIDÉOS

    Travail des couleurs : comment Canon Log améliore la qualité de vos prises de vues

    Le cinéaste Ivan D'Antonio explique comment il utilise Canon Log pour tirer le meilleur parti de ses appareils, améliorer ses prises de vues et donner vie à ses idées.

  • Recevez la newsletter

    Cliquez ici pour recevoir des histoires inspirantes et des actualités passionnantes de Canon Europe Pro