ARTICLE

Bebe Blanco Agterberg : développer un style photographique

La célèbre photographe documentaire néerlandaise et jeune diplômée explique comment elle a trouvé sa voie professionnelle et pourquoi elle n'essaie plus de se classer dans une catégorie.
Un grand groupe de personnes, photographié en noir et blanc, se tient près d'un mur en béton couvert de graffitis.

Cette photo est tirée du projet de la photographe documentaire Bebe Blanco Agterberg intitulé A Mal Tiempo, Buena Cara (Faire contre mauvaise fortune bon cœur). Le travail de Bebe consiste à mélanger l'art et la photographie documentaire de manière à remettre en question notre conception de la vérité. « Je m'amuse à présenter mon travail d'une manière très classique, tout en invitant la personne qui regarde à se demander si ce qu'elle voit est réel ou pas », explique-t-elle. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark III (remplacé par le modèle Canon EOS 5D Mark IV) équipé d'un objectif Canon EF 50mm f/1.8 STM à 1/125 s, f/3.5 et ISO 640. © Bebe Blanco Agterberg

Lorsque la photographe documentaire Bebe Blanco Agterberg avait 12 ans, sa mère, née en Espagne sous la dictature du général Franco, ensuite adoptée et élevée aux Pays-Bas, est apparue dans une émission de télévision néerlandaise qui aide les gens à retrouver leur famille biologique. La mère de Bebe n'avait jamais pu parler de son passé, tout simplement car elle n'avait jamais su ce qui lui était arrivé, ni pourquoi, jusqu'à ce qu'elle soit réunie avec ses parents.

Bebe était clairement très affectée par l'expérience de sa mère. L'absence, que nous essayons de combler par des informations, et le processus de reconstruction deviendraient par la suite des thèmes récurrents dans le travail de Bebe, peut-être plus particulièrement dans celui intitulé A Mal Tiempo, Buena Cara (Faire contre mauvaise fortune bon cœur). Ce projet documentaire, photographié en noir et blanc, se penchait sur la période de transition en Espagne, à la suite de la mort de Franco en 1975, et explorait la manière dont « l'oubli » était utilisé en tant qu'outil politique lors de la transition démocratique du pays.

Trouver un style unique

Le parcours de Bebe, d'étudiante à photographe documentaire, n'a pas été simple. Elle a étudié la photographie appliquée et la communication aux Pays-Bas pendant deux ans avant de comprendre qu'elle voulait créer des histoires. Elle est alors entrée à l'Académie royale des beaux-arts de La Haye. « J'ai dû oublier tout ce que j'avais appris auparavant », explique-t-elle. « On se concentrait moins sur le rendu final, mais plus sur le processus et ce dont on a besoin pour raconter son histoire. »

Bebe a commencé à affiner son style au cours de ses études, notamment lors d'un voyage d'études en Serbie au cours duquel elle avait pour mission de réaliser un projet en une semaine seulement. « Nous avions le temps de faire des recherches, mais nous avions quatre jours pour photographier. C'était un exercice très intense », explique-t-elle.

Le résultat fut Herocity, une série explorant l'état de la ville serbe de Novi Sad, 43 ans après avoir reçu le titre de « Ville des héros », décerné par la République fédérale de Yougoslavie en 1975. « Je me demandais si je devais adopter une approche photojournalistique ou si pouvais contourner un peu les règles », explique Bebe. « J'étais un peu angoissée à cette idée, j'avais l'impression de devoir rentrer dans une case. Le thème principal est devenu la dégradation, en utilisant la ville comme métaphore. C'était la première fois que je m'éloignais de l'approche documentaire plus classique. »

Un technicien portant des gants blancs nettoie le capteur d'un appareil photo Canon.

Possédez-vous un équipement Canon ?

Enregistrez votre équipement pour bénéficier de conseils gratuits d'experts, faire réparer ou entretenir votre matériel, participer à des évènements sources d'inspiration et profiter d'offres exclusives grâce au programme CPS (Canon Professional Services).

Sa participation au Programme Canon de développement pour les étudiants a également été une aide précieuse pour Bebe, qui a pu franchir un palier au niveau de sa photographie. « C'était vraiment super de rencontrer d'autres étudiants venus d'autres écoles. J'ai rencontré beaucoup de personnes venues de Belgique et avec lesquelles je suis toujours en contact », explique-t-elle. « Nous avons parlé du travail, mais également de la façon de traiter certains sujets et des différentes stratégies à mettre en œuvre. Il y a également un aspect professionnel dans le programme, ce qui nous a permis de rencontrer des conservateurs. Cela m'a beaucoup aidé pour me lancer dans la profession. »

Une photo en noir et blanc de la photographe Bebe Blanco Agterberg, habillée tout en noir, assise sur un tabouret et fixant l'appareil photo.

Un autoportrait de Bebe, pris dans un noir et blanc qui lui est caractéristique. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark III équipé d'un objectif Canon EF 50mm f/1.8 STM à 1/125 s, f/6,3 et ISO 100. © Bebe Blanco Agterberg

Un bras vêtu d'une veste à chevrons, photographié en noir et blanc, se balance par la fenêtre d'une portière de voiture.

Bebe cite Weegee, Piero Martinello, Dylan Hausthor, Paul Guilmoth et Sohrab Hura comme ses modèles, mais révèle aussi qu'elle puise son inspiration auprès d'autres sources. « J'ai également étudié les cinéastes, je ne me suis donc pas cantonnée à la photographie », explique-t-elle. Cette photo est tirée de la collection de Bebe pour le projet Actors Rule the World. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark III équipé d'un objectif Canon EF 50mm f/1.8 STM à 1/125 s, f/10 et ISO 100. © Bebe Blanco Agterberg

Lutte pour le pouvoir : politique, médias et population

Bebe a toujours été fascinée par la relation entre la politique, les médias et la population ; comment ces trois forces opposées se nourrissent l'une de l'autre tout en se livrant à une lutte permanente pour le pouvoir. Ses projets en autonomie sont souvent inspirés par un élément médiatique agissant comme une sorte de déclencheur.

« Je m'intéresse vraiment à la signification de la vérité à notre époque moderne, mais je ne crois pas que les faits soient le seul moyen d'accéder à une forme de vérité », explique-t-elle. « Je pense qu'il y a aussi un très grand pouvoir dans l'histoire orale et dans le fait de se dévoiler à travers la conversation.

Je suis intriguée par les systèmes qui sont présentés comme des vérités. », ajoute-t-elle. « Je ne suis pas une universitaire, je suis une créatrice, et j'utilise la photographie comme outil de recherche. Je collabore aussi régulièrement avec des scientifiques et des auteurs. Après avoir fait mes recherches, j'ai besoin de voir physiquement ce qu'il en est, c'est à ce moment que mon appareil photo rentre en jeu. »

Bebe photographie tous ses projets avec un Canon EOS 5D Mark III (désormais remplacé par le Canon EOS 5D Mark IV) mais change fréquemment d'objectif. « J'utilise le Canon EF 50mm f/1.4 USM, le Canon EF 35mm F1.4L USM [désormais remplacé par le Canon EF 35mm f/1.4L II USM] et j'ai toujours un zoom optique avec moi, le Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM, ainsi qu'un flash de reportage, le Canon Speedlite 430EX III-RT. »

Selon Bebe, la légèreté de son équipement est cruciale pour lui permettre de travailler rapidement et efficacement. « Ils sont également fabriqués avec des matériaux très solides, et n'étant pas vraiment la personne la plus soigneuse du monde, c'est vraiment très important pour moi », explique-t-elle. « Ce matériel est également adapté à différentes lumières et supporte le mauvais temps. Je travaille souvent de nuit, c'est aussi pratique pour cela. »

Vue en plongée montrant plusieurs rangs de policiers en casques blancs barrant le passage à un groupe de manifestants portant des pancartes violettes et roses.

Combiner le travail et les études : Emirkan Cörüt

L'étudiant en photographie, photographe d'agence et ambassadeur Canon nous livre ses conseils pour réussir en tant que photojournaliste tout en continuant ses études.

Faire des essais avec un éclairage artificiel

La lumière artificielle est une caractéristique importante de la photographie de Bebe, elle confère à son travail une qualité cinématographique. C'est une technique qu'elle a utilisée pour Actors Rule the World (Les acteurs dirigent le monde), un projet centré sur Dix-sept Moments de printemps, une série télévisée soviétique réalisée dans le cadre d'une campagne à la gloire du travail des agents du KGB, dans le but d'attirer de nouvelles recrues.

Il a cependant fallu un certain temps à Bebe pour s'habituer à la lumière artificielle. « Quand j'étais plus jeune, je détestais le flash. Je trouvais que les images étaient trop intenses et décolorées », explique-t-elle. En grandissant, elle a commencé à expérimenter la photographie de nuit, raison pour laquelle elle a acheté son premier flash. Mais ce n'est que lorsque son père lui a donné un livre photo de sa propre création qu'elle est devenue réellement fascinée par la lumière artificielle.

« C'était une autre manière de travailler avec son appareil photo », explique-t-elle. « J'aimais vraiment ces photos, et je voulais créer cet effet dans mes images. En étudiant la lumière et en regardant attentivement les images utilisées à la télé et dans les films, je suis devenue meilleure. »

Un vieux poste de télévision et un vase de fleurs sur une table d'angle devant un papier peint et des rideaux à motifs. Photographié en noir et blanc.

L'étude de la photographie classique a aidé Bebe à apprendre des techniques efficaces d'éclairage artificiel, qu'elle utilise désormais régulièrement dans son travail, en dépit de ses réticences initiales. « Pendant deux ans, j'étais dans une école très technique. Nous avons dû faire beaucoup d'exercices sur la lumière, et étudier les photographes classiques. Ils nous ont donné tous les outils nécessaires, et c'était ensuite à nous de nous les approprier », explique-t-elle. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark III équipé d'un objectif Canon EF 50mm f/1.8 STM à 1/100 s, f/8 et ISO 250. © Bebe Blanco Agterberg

Deux hommes torse nu allongés au sol sur le dos, leurs bras entourant la poitrine et le cou de l'autre. Photographié en noir et blanc.

Une photo du projet Actors Rule the World de Bebe. « Quand je travaille avec des acteurs, j'aime observer ce qu'il se passe devant moi quand je ne suis pas en train de prendre des photos », explique-t-elle. « Je ne m’arrête jamais de photographier, c'est pour cela que je travaille avec du matériel et des équipements légers. » Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark III équipé d'un objectif Canon EF 50mm f/1.8 STM à 1/125 s, f/5.6 et ISO 500. © Bebe Blanco Agterberg

Dépasser ses limites

En 2021, l'association néerlandaise des photographes, la DuPho, lui a décerné le prix Student SO Documentary. Mais malgré la reconnaissance qu'elle a reçue jusqu'à présent, Bebe affirme que son style distinctif n'a pas toujours joué en sa faveur. « Mon travail est très spécifique et assez politique, alors c'est peut-être parfois un peu compliqué à expliquer à quelqu'un qui passe commande. Ce que je gagne grâce à mon style particulier, c'est que de nombreuses personnes qui m'approchent veulent travailler sur des projets à long terme. Et pas seulement dans le domaine de la photographie, mais aussi en dehors. Ils trouvent cela fascinant de travailler avec un intermédiaire se situant quelque part entre le documentaire et la fiction. »

Bebe a dû faire des efforts concertés pour ne pas trop s'inquiéter sur la façon de définir son travail. « Je suis toujours tiraillée quand je dois me classer dans une catégorie, chose que j'essaye d'arrêter de faire désormais, car je ne pense pas que ce soit si important pour moi », explique-t-elle. « Je travaille actuellement sur un projet qui n'utilise pas uniquement la photographie, mais également le son et la vidéo. Il s'agira de techniques mixtes, qui seront également présentées davantage comme un ensemble expérimental que comme une série complète et finie. »

Et pour ce qui est de conseiller les autres étudiants en photographie qui voudraient suivre ses traces, Bebe recommande d'affiner son style, mais en veillant bien à ce qu'il ne devienne pas un frein. « Faites des expériences à l'école, mais n’imaginez pas que ce que vous faites maintenant est la seule chose que vous ferez par la suite », conseille-t-elle. « Avoir son propre style, c'est super, mais il faut qu'il corresponde au travail que vous faites. Il vous faut vous concentrer sur une histoire et vous demander : est-ce que le style avec lequel je travaille actuellement convient à cette histoire, ou faut-il l'adapter un peu ? Certains éléments vont demeurer, mais ils n'ont pas besoin d'être gravés dans le marbre. »

Rédigé par Lorna Dockerill & Andrea Ball


Articles liés

  • Un jeune homme portant une tenue décontractée est accroupi sur le trottoir pour photographier un homme portant un pantalon à carreaux et des baskets blanches.

    ARTICLE

    Otis Tree, ou comment réussir à la sortie de l'université

    Le jeune réalisateur Otis Tree raconte comment il est directement entré dans la vie active après ses études.

  • Le réalisateur Meji Alabi en train de donner des instructions au chanteur Wizkid sur le tournage de son dernier clip vidéo, pendant qu'une femme en robe rose courte est allongée sur un tapis et qu'une autre femme vêtue d'un haut jaune ajuste la position d'un verre.

    ARTICLE

    Équipement, contacts et carrière : 8 questions clés

    L'ambassadrice Canon Lucia Griggi donne ses meilleurs conseils pour sortir du lot, construire sa carrière et se présenter aux clients.

  • Une sélection de clichés issus de portfolios d'étudiants posés sur une table.

    ARTICLE

    Comment convaincre les éditeurs photo : conseils d'initiés

    Vous souhaitez être publié ? Quatre éditeurs photo professionnels révèlent les pratiques conseillées et celles à éviter pour un pitch réussi.

  • Groupe d'hommes abkhazes en pleine partie de dominos, à la lueur d'une lampe, assis autour d'une table, près de la mer.

    ARTICLE

    D'étudiante à ambassadrice Canon

    La photographe de documentaire Ksenia Kuleshova évoque son parcours professionnel et offre des conseils à ceux qui souhaitent percer dans le photojournalisme.

  • Recevez la newsletter

    Cliquez ici pour recevoir des histoires sources d'inspiration et des articles passionnants de Canon Europe Pro