ARTICLE

Guerchom Ndebo : le Congo sous un nouveau jour

Ce photojournaliste congolais de 22 ans nous fait part de son approche des reportages sur les événements survenus dans son pays natal, de ce qui motive son travail et de la façon dont il a débuté dans la photographie alors qu'il était encore étudiant.
Deux hommes en bottes en caoutchouc à côté d'un tas de terre fumant et faisant office de four, sur lequel l'un des deux hommes ajoute du combustible.

En participant au projet « Congo in Conversation », Guerchom Ndebo, originaire du Congo, a fait ses premiers pas dans le photojournalisme. « La collaboration était au cœur de ce projet », explique-t-il, « C'est l'élément clé qui m'a aidé à progresser rapidement ». Sur cette photo, des villageois alimentent un four pour fabriquer du charbon sur une zone déboisée en bordure du parc national des Virunga, juste au nord de la ville de Goma, dans l'est du Congo. Photo prise avec un Canon EOS M50 équipé d'un objectif Canon EF-M 15-45mm f/3.5-6.3 IS STM à 21 mm, 1/1600 s, f/4 et ISO 400. © Guerchom Ndebo for the Carmignac Foundation

Ce n'est pas un appareil photo qui a éveillé l'intérêt de Guerchom Ndebo pour la photographie. Il s'agissait d'un miroir. En grandissant, sa mère travaillait en tant que couturière et, enfant, il a toujours été fasciné de voir les réactions des clients lorsqu'ils essayaient leurs nouveaux vêtements, regardaient leur reflet et se voyaient sous un nouveau jour. « J'étais curieux, je voulais partager leurs émotions », explique le photojournaliste congolais de 22 ans. Aujourd'hui, Guerchom utilise ses photos pour aider les autres à découvrir son pays d'origine sous un nouvel angle, en tenant un miroir devant le Congo. C'est un pays qui a été largement photographié par des étrangers, des clichés anti-esclavagistes d'Alice Seeley Harris au 19e siècle aux paysages rose vif de Richard Mosse, lauréat du prix Deutsche Börse en 2014, mais les clichés de Guerchom offrent la perspective d'un natif.

Actuellement étudiant en sciences de la communication à l'Université Lumière de Bujumbura, Guerchom a fait ses premiers pas dans le monde de la photographie avec sa série sur le charbon au Congo (« Congo's Charcoal »). Cette série a été réalisée dans le cadre du projet « Congo in Conversation » mené par l'ambassadeur Canon Finbarr O'Reilly pour le 11e Prix Carmignac du photojournalisme.

Initialement, lorsque Finbarr a été nommé lauréat du prix, il avait prévu de faire lui-même un reportage au Congo. Mais lorsque la pandémie de Covid-19 a débuté, il a reconsidéré sa vision, passant du rôle de photographe à celui de conservateur. Cette décision a donné naissance à un site Internet collaboratif offrant aux journalistes et aux photographes basés au Congo, dont Guerchom, une plateforme pour partager la couverture multimédia de leurs travaux et un espace où les récits sur ce pays pouvaient être relatés par ses habitants.
Un groupe de personnes émergeant au milieu d'une épaisse fumée blanche, marchant sur des rochers noirs dentelés et à travers des décombres.

En mai 2021, Guerchom a photographié l'éruption mortelle du mont Nyiragongo à Goma. Ses clichés illustrant les conséquences de cette éruption sont parus dans le monde entier, dans des publications telles que CNN, The Guardian et Al Jazeera. Photo prise avec un Canon EOS M50 équipé d'un objectif Canon EF-M 15-45mm f/3.5-6.3 IS STM à 15 mm, 1/320 s, f/3,5 et ISO 400. © Guerchom Ndebo / AFP

Une notoriété grandissante

La série de Guerchom sur le charbon au Congo (« Congo's Charcoal ») examinait le commerce illégal du charbon au sein du pays, et suivait tout son cheminement, allant de sa production par les travailleurs du parc national des Virunga à sa consommation dans les fourneaux de la population locale. « Le charbon fait partie de mon quotidien depuis mon enfance. Je me suis toujours demandé comment nous étions capables, comme par magie, de l'utiliser pour cuisiner », raconte Guerchom. « Lorsque je me suis lancé dans le projet Congo in Conversation, je voulais explorer un sujet qui me tenait à cœur et le partager avec autrui. »

La tâche n'a pas été facile : accéder au site de production a pris beaucoup de temps et la présence de groupes armés responsables de ce commerce représentait un danger potentiel. Cependant, une fois que ces clichés ont été publiés, ils ont rapidement propulsé Guerchom sur le devant de la scène. Après l'exposition de ses photos à Paris, Getty Images l'a contacté et il a commencé à travailler pour eux en tant qu'indépendant, couvrant les actualités dans l'est du Congo, à commencer par l'assassinat de l'ambassadeur italien, Luca Attanasio, en février 2021. Depuis, le jeune photojournaliste a réalisé des reportages pour l'Agence France-Presse (AFP), et ses clichés de l'éruption du mont Nyiragongo et de ses conséquences datant de mai 2021 ont été diffusés dans les journaux du monde entier.

« Je viens d'un endroit qui a, pendant de nombreuses années, été sous-représenté dans les médias », déclare Guerchom. « Il y a tellement d'histoires dans mon pays et ma région qui n'ont pas encore été relatées. Je fais constamment des propositions à mes rédacteurs et il est rare que je sois à court d'idées. »
Un technicien portant des gants blancs nettoie le capteur d'un appareil photo Canon.

Possédez-vous un équipement Canon ?

Enregistrez votre équipement pour bénéficier de conseils gratuits d'experts, faire réparer ou entretenir votre matériel, participer à des événements sources d'inspiration et profiter d'offres exclusives grâce au programme CPS (Canon Professional Services).
Un groupe de femmes portant des vêtements traditionnels congolais colorés et des foulards discute avec un homme portant une casquette de baseball.

Guerchom a suivi des cours de réalisation et d'écriture de scénarios, mais a trouvé sa vocation dans le domaine de la photographie. Cette photo montre quelques-uns des 30.000 habitants qui ont été contraints de fuir leur domicile après l'éruption volcanique du mont Nyiragongo. Photo prise avec un Canon EOS M50 équipé d'un objectif Canon EF-M 15-45mm f/3.5-6.3 IS STM à 32 mm, 1/160 s, f/5,6 et ISO 400. © Guerchom Ndebo

Un risque omniprésent

À travers son travail, qui porte principalement sur l'environnement, les droits de l'homme et la culture, Guerchom couvre souvent des situations imprévisibles et dangereuses. Par exemple, il a récemment photographié des manifestations pro-démocratie et des troubles civils à Goma pendant la période de couvre-feu imposée lors du confinement de la ville en raison de la Covid-19. « Il existe toujours une part de risque lorsque l'on couvre de tels sujets, surtout dans mon pays, où il peut être difficile de bénéficier d'un accès lorsque l'on travaille sur certains sujets plus sensibles. Mais je connais bien la région, donc je comprends comment les choses fonctionnent ici », explique-t-il. « Lors des manifestations, il faut être particulièrement vigilant car on ne sait pas ce qui peut se passer d'un moment à l'autre, et parfois des balles réelles sont tirées ou du gaz lacrymogène est utilisé. Par précaution, j'essaie de me placer derrière les policiers. »

La discrétion du premier appareil photo de Guerchom, un Canon EOS M50, a été un véritable atout. Il explique : « Avec cet appareil photo, je pouvais me fondre dans la foule sans attirer l'attention. Il m'a été très utile lorsque je prenais des clichés pour mon projet portant sur le charbon car il m'a permis de ne pas passer pour un photographe professionnel et, du fait qu'il soit si léger, il m'a permis de me déplacer rapidement lorsque je photographiais des manifestations ». Depuis, il a opté pour le Canon EOS R5. « C'est le meilleur appareil photo que j'ai pu manier », s'enthousiasme-t-il. « Je ne cesse de constater que les performances et la qualité sont tout simplement exceptionnelles. »
Vue en plongée montrant plusieurs rangs de policiers en casques blancs barrant le passage à un groupe de manifestants portant des pancartes violettes et roses.

Combiner le travail et les études : Emirkan Cörüt

L'étudiant en photographie, photographe d'agence et ambassadeur Canon nous livre ses conseils pour réussir en tant que photojournaliste tout en continuant ses études.
Un cortège funèbre : une femme en uniforme avec un béret vert tient le portrait d'un homme portant le même uniforme, tandis que les passants se tiennent debout de manière solennelle, beaucoup prenant des photos.

La plus grande difficulté pour Guerchom à ses débuts a été de créer un récit à travers son travail. Son projet sur le charbon au Congo (« Congo's Charcoal ») explore les nombreux aspects de la production du charbon et ses conséquences. Cette photo a été prise lors des funérailles d'Eric Kibanja Bashekere, l'un des plus de 200 gardes du parc national des Virunga qui ont été tués par des groupes armés lors d'attaques qui se produisent depuis une dizaine d'années au moins. Photo prise avec un Canon EOS M50 équipé d'un objectif Canon EF-M 15-45mm f/3.5-6.3 IS STM à 30 mm, 1/1000 s, f/5 et ISO 320. © Guerchom Ndebo for the Carmignac Foundation

Un petit coup de main

Sa participation au Programme Canon de développement pour les étudiants (CSDP) cette année a permis à Guerchom de continuer à améliorer ses prises de vue et à faire progresser sa carrière. « J'ai énormément appris, cela a été une expérience très marquante à mes yeux », précise-t-il.

L'un des principaux avantages du programme a été la possibilité pour Guerchom de bénéficier d'un mentorat individuel de la part de Francis Kohn, directeur de la photographie de l'AFP. Le principal aspect sur lequel ils se sont concentrés est l'édition, un aspect qui peut s'avérer délicat pour les jeunes photographes, mais aussi pour certains photographes chevronnés. « Vous pouvez réaliser une multitude de clichés formidables, mais vous devez ensuite vous concentrer sur ce qui est essentiel à votre récit et faire une sélection », explique Francis.

Francis ajoute que, à son sens, c'est la capacité de Guerchom à aller droit au but qui lui permet de se démarquer. « À travers ses clichés, il parvient à transposer des récits complexes en quelque chose que le public peut appréhender avec aisance. Il est très difficile de parvenir à un tel résultat. Je trouve qu'il y a une réelle maturité dans son travail. »
Deux congolais peinant à pousser des motos lourdement chargées dans les rues inondées de la ville.

L'approche de Guerchom en matière de photographie est motivée par « les concepts d'égalité, de différence culturelle et de solidarité ». Cette photo, tirée de sa série sur le charbon au Congo (« Congo's Charcoal »), montre des personnes transportant des centaines de kilos de charbon sur leurs motos dans la ville de Goma, dans l'est du Congo. Photo prise avec un Canon EOS M50 équipé d'un objectif Canon EF-M 15-45mm f/3.5-6.3 IS STM à 45 mm, 1/640 s, f/6,3 et ISO 200. © Guerchom Ndebo for the Carmignac Foundation

Francis, qui a débuté sa carrière il y a près de quarante ans en tant que correspondant de l'AFP à Washington, admet qu'il est aujourd'hui difficile de se lancer dans le photojournalisme. « Pourtant, je ne découragerais jamais qui que ce soit qui voudrait débuter dans ce secteur. Vous pouvez y arriver si vous avez du talent et de la détermination », déclare-t-il, ajoutant que le Programme Canon de développement pour les étudiants est un excellent moyen de faire ses premiers pas.

Guerchom partage cet avis. « Pour ceux d'entre nous qui n'ont pas accès à des parcours plus traditionnels permettant d'accéder au secteur de la photographie, le programme de mentorat est le meilleur moyen d'apprendre rapidement », affirme-t-il. « J'espère que cette opportunité continuera à être proposée à davantage de photographes issus de régions sous-représentées comme le Congo et d'autres pays africains. »

En ce qui concerne son propre avenir, Guerchom affirme rêver grand : « J'aimerais continuer à travailler dur pour pouvoir un jour devenir moi-même ambassadeur Canon, partager mon expérience avec autrui, travailler sur des sujets importants, être publié dans de grands magazines et organiser des expositions pour que le public puisse voir mon travail », dit-il. « Raconter un récit à travers des images est ma passion. Chaque jour, je me perfectionne afin de faire de ces rêves une réalité. Et quand ces rêves se seront réalisés, mon plus grand rêve est de continuer à raconter d'autres récits. »

Rédigé par Rachel Segal Hamilton


Articles liés

Recevez la newsletter

Cliquez ici pour recevoir des histoires sources d'inspiration et des articles passionnants de Canon Europe Pro